Sélectionner une page

Emmanuel Mignot, Président de Teletech International et rédacteur du blog Good Morning Client se plie à son tour au jeu des trois questions de l’interview sans bla bla.

E.reputation, Buzz & co : Les blogs, Twitter, Facebook, etc. : pourrais-tu, en quelques lignes, évoquer ta rencontre avec les médias sociaux ?

Emmanuel Mignot : J’ai au départ considéré avec étonnement le fait de tenir un journal et de le rendre public. Un peu comme de l’impudeur. Puis je l’ai reconsidéré du point de vue d’une sorte d’apprenti journaliste, qui fait partager les choses qui l’intéressent, avec une sorte de gêne à se convaincre que son avis peu avoir une importance quelconque qui justifie qu’on le publie. Puis, une certaine amertume en constatant qu’en fait, oui, ça n’intéresse pas grand monde. Quelques visiteurs, pas de commentaire. Une sorte de nombrilisme en vase clos.

Puis un ami très branché sur les réseaux sociaux qui me parle des wikis, je m’y intéresse et je me dis que là, ce sont les experts qui vont s’exprimer, faire partager leurs compétences et l’idée de pouvoir jouer un tel rôle dans notre secteur de la relation client me plaît et me motive à lancer CherClient.wiki, en 2007, puis son complément, la webTV CherClient.tv. Depuis 5 ans, ce wiki a connu un certain succès et m’a beaucoup apporté en rencontres de qualité, en réflexions intéressantes.

Mon fils, qui passait un an d’étude à la Nouvelle Orléans, m’a parlé en 2006 de Facebook. Un trombinoscope pour les étudiants qui voulaient organiser leurs soirées, et me recommande de m’y inscrire. Je consulte, ne comprends rien, ne vois pas en quoi ça peut justifier que j’y passe du temps…

Pour y revenir finalement en avril 2007 et ne plus me débrancher depuis. Avec la conviction que ce réseau social, contrairement à ce qui en est souvent dit, est le meilleur, parce que mêlant vie privée et vie professionnelle. A mes yeux, l’apport majeur de Facebook est de fluidifier les rapports, d’accélérer l’accès à des relations intimes, à distance, ce qui correspond depuis longtemps, à ma manière de voir la vie.

E.reputation, Buzz & co : Qu’apporte, pour toi, l’écoute des discussions des consommateurs sur les médias sociaux aux annonceurs ?

Emmanuel Mignot : Les marques ne peuvent plus fonctionner sur les rythmes anciens des études quali, des études quanti, des panels consommateurs, des phases tests, qui les privent de la réactivité qui est devenue la loi des marchés. Ecouter les conversations, si on y est admis, ce qui est un des enjeux majeurs pour elles, c’est le moyen pour les entreprises d’apporter aux marchés, les offres qu’ils attendent. C’est franchir un pas vers le concept de marque-amie qui est mon credo.

E.reputation, Buzz & co : Les forums avant-hier, les blogs hier, Facebook aujourd’hui : tout va très vite, le Web social se fragmente. Vers quoi tendons-nous ? Un discours de plus en plus pertinent, ou une immense cacophonie ?

Emmanuel Mignot : Comme souvent, il y aura eu beaucoup d’appelés et peu d’élus. Cela va demander efforts et talents pour ceux qui réussiront, pour parvenir à acquérir le positionnement adapté. Mais avant tout, ces démultiplication des canaux va conduire les marques à se poser la question de leur positionnement, de leur attitude et à réfléchir à leur personnalité. Pour, in fine, exposer une image d’authenticité. C’est l’authenticité du discours qui permettra une attitude cohérente, au delà des canaux de communication empruntés.